Actualités

Le projet "Terre d’école" a réuni, le 4 juillet 2014 à Brazzaville, 300 enfants invités à la manifestation autour du thème «Tous au potager». Le but était leur faire découvrir ce que la terre offre à l'Homme et ce qui doit l'engager à la protéger.

Les 300 enfants ont visité les potagers dans lesquels il y avait des légumes tels que la pomme de terre, les aubergines, les tomates, ainsi que des fruits tels que des ananas, des oranges. Ils y étaient initiés au jeu de la découverte de la terre.

S’adressant aux enfants, la présidente de Terre d’école, Maria Maylin, a déclarée : «Le projet Terre d’école vise à faire de vous les pionniers d’une véritable renaissance environnementale, une formation révolutionnaire qui veut aligner à ses enseignements traditionnels une éducation spécifique à l’enseignement à la botanique, à l’agriculture ; une école intégrée à la nature avec un grand potager pour apprendre à cultiver les légumes, les fleurs et les plantes ; une méthode différente».

Par ailleurs, elle a annoncé que la première école verra le jour d’ici peu à Kintélé, en face de l’Université Dénis Sassou N'Guesso. Elle accueillera ses premiers élèves sans distinction de couleurs, d’origine ou de religions. La directrice du mémorial Pierre Savorgnant De Brazza, Belinda Ayessa, a loué cette initiative et a souhaité la pérennisation de cette œuvre, afin de permettre à chaque enfant de découvrir la terre et ses richesses.

Emiliène Raoul, ministre des affaires sociales, a précisé qu’il s’agissait des enfants vulnérables provenant de douze orphelinats, des autres des circonscriptions d’action sociale (CAS), de l’Institut psycho pédagogique (IPP). Elle a saisi l'occasion pour encourager la présidente du Cercle. A travers ce programme, «nous allons apprendre à manger ce que nous produisons, apprendre à varié notre alimentation», a-t-elle lancé. Le cercle Terre d’école est un projet éducatif destiné aux élèves du primaire, du secondaire et du lycée. L’objet est d’associer aux programmes scolaires classiques du pays, une pédagogie permettant aux enfants de retrouver leurs racines ancestrales autour de la culture des plantes au sein de l’école et d’adopter des attitudes visant à protéger leur environnement et à contribuer à l’autosuffisance alimentaire du plus grand nombre

Serge Ibaka s’implique dans la réinsertion des enfants vulnérables à Brazzaville