Journée de l'Enfant Africain 2015

  • Webmaster
  • Mardi, le 16 Juin 2015
  • Auditorium du Ministère des Affaires Etrangères



Journée de l’enfant africain : un taux important de mariages précoces au Congo


D’après les résultats de l’enquête démographique et de santé réalisée en 2005 et 2011 au Congo, les mariages précoces présentent 7% des filles mariées avant 15 ans et 33% avant 18 ans.

Ce taux a été communiqué le 16 juin par Frédéric Poumbou, démographe à l’institut national de la statistique, dans son exposé sur la situation du mariage des enfants au Congo, à l'occasion de la célébration de la journée de l’enfant africain sur le thème « vingt-cinq ans après l’adoption de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant: accélérons l’élimination des mariages d’enfants en Afrique ».

Ce thème s’inscrivait dans le cadre de la continuité de la campagne « mettre fin au mariage d’enfants », lancée l’an dernier par la présidente de la Commission de l’Union africaine. Au Congo, elle a été célébrée sur le thème « non au mariage des enfants, protégeons nos enfants ».

La rencontre a été patronnée par la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Emilienne Raoul, en présence de son homologue de la Jeunesse et de l’éducation civique, Anatole Collinet Makosso, du corps diplomatique et de bien d’autres autorités à l’auditorium du ministère des Affaires étrangères.

Elle a réuni les enfants de plusieurs établissements scolaires publics et privés, de l’école spéciale, des orphelinats. L’orateur a circonscrit sa communication en deux parties notamment l’aperçu de la littérature sur le mariage des enfants : causes et effets ainsi que le niveau et tendance basés sur les enquêtes démographiques et de santé réalisées en 2005 et 2011. D’après Frédéric Poumbou, le mariage des enfants reste une réalité dans le monde. Il a pour cause : la pauvreté, la prévention des relations sexuelles préconjugales et des grossesses hors mariages, les différences minimales chez les filles à 18 ans au Congo et à 21 chez les garçons etc. Ces mariages ont pour effets les grossesses et accouchements précoces, l’allongement de la période féconde, le risque des enfants prématurés, l’insuffisance pondérale, le veuvage, la mortalité infantile et la discrimination au sein de la belle famille. En ce qui concerne le niveau et tendance, poursuit l’orateur, le Congo dispose de peu de données sur le mariage précoce. En 2005, l’étude a montré que 7% de femmes de 15 à 49 ans sont mariées précocement. En 2011, la proportion a doublé de 77, 2%. Parmi ces femmes, 38, 6% avaient déjà leur première union avant 18 ans.

Quelques images de la JEA 2015 à Brazzaville

JEA 2015

JEA 2015 : Photo de famille