Actualités

Réinsertion socioéconomique : Emilienne Raoul évoque la possibilité de développer le Congo à partir de l’agriculture

La ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité a fait ce constat lors de la visite le 23 juillet des activités agropastorales réalisées dans la sous-préfecture de Louingui, dans le département du Pool, dans le cadre du Fonds de réinsertion socioéconomique des groupes défavorisés (Forsegd).

Dans le but de permettre aux populations vulnérables à accéder aux microcrédits, le gouvernement a mis en place en relation avec les établissements de microfinances, un dispositif appelé Forsegd. Ce qui a permis le développement de plusieurs activités liées à l’élevage, au maraîchage, et à la pisciculture. Les crédits dont les montants variaient entre 2,5 millions à 11 millions FCFA ont été remboursés à 98%. Certaines personnes sont déjà à leur troisième ou quatrième crédit.

La ministre des Affaires sociales qui a visité un échantillon de cinq exploitations en compagnie du sous-préfet sortant de la localité, Wilfrid Kouloumbou, et du directeur départemental de l’Agriculture du Pool, Adolphe Ngouissani, a été émerveillé de la qualité du travail. « Le premier constat que j’ai fait est que ce sont des femmes qui sont à la tête des exploitations. Le deuxième constat ce sont des personnes qui habitaient la ville qui sont venues s’installer ici. Il y a également le remboursement qui se fait de manière normale. C’est difficile de vivre en ville, car il faut manger tous les jours, il faut se soigner. Regardez, ici on peut manger ce que nous cultivons. La maman qui produit des œufs nous a dit qu’elle n’a plus besoin de répartir en ville », a constaté Emilienne Raoul.

En effet, la ministre et sa suite ont, entre autres, visité les exploitations de Sakamesso où Mbemba Moutouta a lancé le projet des élevages sur pilotis de poules sur les étangs dans lesquels se cultive aussi le riz ainsi que l' expliotations de Kintsembo tenue par Joséphine Kieyila à Louingui centre. Entretenue par une personne de 3e âge, cette exploitation est le plus grand élevage développé par une femme. En effet, de 24 poules elle est passée actuellement à 1600 pour environ 1500 œufs par jour. Elle a aussi 30 lapins, six étangs et 1500 mètres carrés de maraîchage.

Les exploitations de Tanawa de Kiazi I et II ont été également inspectées. « Ici, nous sommes devant une variété de maïs que cet exploitant voudrait développer. Elle servirait dans la composition des aliments de bétail. Il est possible de développer notre pays, surtout à partir de l’agriculture. Que les jeunes qui ne font rien en ville puissent revenir vers la compagne et avoir cette activité qui va servir au pays mais surtout à eux-mêmes parce qu’il faut qu’ils puissent manger, se marier à l’image du jeune que nous avons rencontré ici », a-t-elle poursuivi, demandant aux bénéficiaires de ne pas s’arrêter à ce stade.

Pour + d'infos => Telecharger l'article ici

Passer de plus de 8000 à 30000 oeufs de table par jour

Visite de la Ministre Emilienne Raoul