Actualités

Réinsertion sociale : début du paiement des ménages éligibles au projet Lisungi à Brazzaville

La ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Emilienne Raoul, a procédé le 17 décembre à la Banque postale du Congo, au lancement officiel des transferts monétaires aux 1720 premiers ménages éligibles de la capitale.

Cofinancé par le gouvernement en partenariat avec la Banque mondiale (BM), le projet Lisungi vise, entre autres, l’amélioration des conditions de vie des populations par l’accès aux services sociaux de base, notamment la santé et l’éducation. Choisie par la BM, la Banque postale du Congo assure quant à elle, le paiement des transferts monétaires aux ménages pauvres. Cette allocation accordée chaque trimestre est un complément au peu que les bénéficiaires possèdent, pendant 32 mois, soit un peu plus de deux ans et demi.

A Brazzaville, le paiement des ménages éligibles sera effectué dans les agences de la Banque postale du Congo situées à Makélékélé, Poto-Poto et au rond-point Koulounda à Ouenzé. Afin de permettre aux récipiendaires d’améliorer tant soit peu leur situation actuelle, il leur a été demandé de participer à travers une activité quelconque de leur choix à leur propre développement.

«3200 ménages très pauvres ont été ciblés à Brazzaville. Ce jour nous procédons au lancement des transferts monétaires de 1720 ménages qui ont été jugés éligibles. Pour les 1500 autres ménages, leurs dossiers seront soumis au contrôle. A cet effet, une enquête sociale a déjà été lancée. Ces ménages seront payés après le contrôle de leur dossier », a annoncé Emilienne Raoul, en présence de sa collègue en charge des questions des femmes, Catherine Embondza Lipiti.

Pour le directeur général de la Banque postale du Congo, Calixte Tabangoli, le rôle de son institution ne se limite pas seulement à la mise en place d’un système de gestion des paiements en lien avec le système d’information de Lisungi ou au paiement des bénéficiaires. Il s’agit aussi et surtout, a-t-il insisté, de développer des produits bancaires adaptés, car les ménages éligibles à ce projet n’ont pas vocation à demeurer pauvres.« C’est à ce titre que les équipes du ministère des Affaires sociales et celles de la Banque postale du Congo travaillent ensemble pour assurer aux ménages éligibles un accompagnement visant à développer une culture de l’épargne et l’accès à une forme de micro crédit encadré», a-t-il déclaré, annonçant que ce double accompagnement sera effectif dès le premier trimestre 2016.

Le représentant de la BM au Congo, Djibrilla Issa, a, de son côté, rappelé que le projet Lisungi a été conçu par le gouvernement en collaboration avec leur institution pour accompagner le pays dans la mise en œuvre de sa politique nationale d’action sociale développée en 2012. Il a également souligné la nécessité de s’attaquer avec rigueur et méthode à la pauvreté et à l’exclusion qui engendrent les problèmes de bien-être des enfants et qui constituent un déficit important de capital humain. Djibrilla Issa a enfin rappelé les efforts considérables que le gouvernement et la société congolaise doivent déployer dans l’amélioration de la santé, l’éducation et la formation professionnelle.« Le programme Lisungi contribuera à ces efforts, en réduisant l’impact de la pauvreté et de l’exclusion par l’amélioration de l’accès aux services de base à la population cible. Il fait aussi la promotion de dépanner et d’investir en initiant les familles au système financier en partenariat avec la Banque postale. Ainsi, les ressources de Lisungi consacrées à Brazzaville devraient permettre à terme d’atteindre 3400 familles parmi les 5300 choisies par les comités de communautés de ciblage pour cette première phase », espère le représentant de la BM.

Prix du Président au concours du quartier le ples propre de sibiti

Groupement des autochtones de BOUDOUHOU...