Actualités

Réinsertion socioéconomique: près de 3000 personnes bénéficient de Filet de sécurité alimentaire à Owando

La ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Emilienne Raoul, a lancé le 6 février dernier à Owando, chef-lieu du département de la Cuvette, le projet de Filet de sécurité alimentaire (FSA), cofinancé par le gouvernement et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le FSA vise, en effet, entre autres, l’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages cibles ; l’augmentation de la fréquentation des enfants de 6 à 12 ans à l’école et des femmes enceintes et allaitantes dans les Centres de santé intégré (CSI). À cela, s’ajoutent l’amélioration à l'accès au traitement ARV pour le VIH/Sida et l’augmentation du taux de guérison de la tuberculose. Au total, 405 ménages ont été sélectionnés pour cette première phase à Owando avant de toucher à terme près de 3000 ménages, selon les estimations. Il s’agit des ménages dont le revenu mensuel par mois est en dessous de 30.000 FCFA.

Une allocation de 30 000 FCFA par mois

Les bénéficiaires vont recevoir gratuitement, de manière régulière pendant deux ans, de bons alimentaires sous forme de coupons électroniques d’Airtel Congo. Ce qui leur permettra tant soit peu de combler les besoins alimentaires de leur ménage.«Au travers de notre solution Airtel Money, ces téléphones portables constituent un portefeuille électronique qui permet aux bénéficiaires d’aller auprès desboutiques retirer des vivres. Cela se fait, en envoyant de façon instantanée à toute la base, une allocation de 30 000 FCFA par mois que l’Etat et ses différents partenaires mettent à la disposition du projet », a expliqué le directeur général d’Airtel Congo, Gérard Lokoussou.

S’exprimant au nom des bénéficiaires, l’administrateur-maire de la communauté urbaine d’Owando, Martin Elenga, a rappelé que la mise en œuvre de ce projet est une riposte au contraste observé entre les richesses nombreuses dont dispose le Congo et le nombre impressionnant de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté. Le représentant du PAM au Congo, David James Bulman, a, de son côté, rappelé quela question de la sécurité alimentaire est au cœur des préoccupations de cette institution onusienne en raison de son impact direct sur tous les aspects sociaux de la vie des populations et sur la réalisation des Objectifs du développement durable. Les filets de sécurité occupent désormais, a-t-il poursuivi, une bonne place dans le programme d’action pour le développement des pays à revenus intermédiaires tel que la République du Congo.« Nous savons tous que cette assistance est ponctuelle. C’est pourquoi, il est important aussi bien pour les bénéficiaires que les projets de transferts sociaux de concevoir ensemble dès la phase préparatoire, une stratégie commune . Celle-ci devra permettre aux bénéficiaires de se prendre en charge à la fin du projet », a souhaité David James Bulman.

Lançant le projet, la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Emilienne Raoul, a précisé que les bénéficiaires ont été sélectionnés dans les centres de santé, sur la base de leur statut nutritionnel. Les boutiques retenues sont, quant à elles, celles gérées par des Congolais et principalement par des femmes. Selon elle, le but ultime est de passer de programmes fragmentés à de véritables systèmes de protection sociale.« En ce qui concerne Owando, 405 ménages ont été enrôlés, les six boutiques retenues ainsi que les bénéficiaires ont été sensibilisés sur l’éducation financière et les conditions d’accès aux micro-crédits, quinze tuteurs ont été formés sur l’accompagnement des bénéficiaires, l’utilisation et le bien-fondé du service Airtel Money », a-t-elle souligné, rassurant les partenaires au développement de l’extension des transferts sociaux, en dépit des difficultés économiques et financières. Rappelons que ce projet qui a démarré en 2012 sur une base pilote s’est progressivement étendu et a ciblé 6 138 ménages dont 1 339 enfants non scolarisés, 1 822 femmes enceintes et femmes allaitantes, 1990 personnes vivant avec le VIH et 977 tuberculeux pour un total de 36 828 personnes vivant à Brazzaville, Pointe-Noire, Sibiti et Owando. Il sera prochainement étendu à Kinkala, dans le Pool et Djambala, dans les Plateaux.

Prix du Président au concours du quartier le ples propre de sibiti

Groupement des autochtones de BOUDOUHOU...